Accident Vasculaire Cérébral (AVC) : symptômes, préventions et traitements.

Chaque fois qu’une attaque cérébrale est suspectée, elle doit être considérée comme une urgence vitale. Les premiers temps qui suivent un AVC ou Accident Vasculaire Cérébral déterminent l’ampleur des dommages cellulaires dans le cerveau. Il est donc particulièrement important de reconnaître une attaque cérébrale et ses symptômes. Chaque minute compte !

Connaître les symptômes de l’AVC et agir correctement

Les symptômes les plus fréquents d’une attaque cérébrale sont des troubles de la vision, de la parole et de la compréhension, des paralysies et des engourdissements, des vertiges avec une démarche incertaine ainsi que de très forts maux de tête.

Le test FAST permet de vérifier en très peu de temps la suspicion d’une attaque cérébrale. Ce test est originaire des pays anglophones.

Voici comment vérifier les principaux signes d’une attaque cérébrale :
Face : 

Demandez à la personne de sourire. Si un coin de la bouche pend, c’est le signe d’une hémiplégie.
Arms :

Demandez à la personne de tendre les bras vers l’avant en tournant les paumes vers le haut. En cas de paralysie, les deux bras ne peuvent pas être levés, un bras s’abaisse ou tourne.
Speech :

Demandez à la personne de répéter une phrase simple. Si elle n’est pas capable de le faire ou si sa voix est brouillée, il y a probablement un trouble du langage.
Time :

N’hésitez pas à appeler immédiatement l’urgence et à décrire les symptômes.  

Les symptômes d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) apparaissent généralement de manière soudaine et peuvent parfois disparaître complètement après quelques minutes. Dans ce cas, on est en présence d’un accident ischémique transitoire (AIT). Il s’agit là aussi d’une urgence, car le risque d’une autre attaque cérébrale avec des séquelles permanentes est élevé.   

Un AVC léger est provoqué par un trouble de la circulation sanguine. Dans ce cas, seule une petite zone du cerveau est touchée et, dans la plupart des cas, aucun tissu cérébral ne meurt. Les scientifiques supposent qu’un accident ischémique transitoire (AIT) léger offre même une sorte de « protection » contre une attaque cérébrale grave. Selon les recherches menées jusqu’à présent, l’AIT pourrait inciter le tissu cérébral à s’adapter à une attaque cérébrale grave. 

Voici d’autres signes et symptômes :

Troubles de la vision

Un accident vasculaire cérébral peut se manifester par des symptômes qui affectent la vision. Si une réduction du champ visuel survient soudainement, la personne concernée ne voit par exemple pas les objets et les personnes d’un côté du corps. 

Troubles du langage, de la compréhension du langage

Les troubles du langage peuvent se manifester, dans les cas les plus légers, par un langage saccadé et haché, mais peuvent également impliquer la déformation de syllabes ou l’utilisation de lettres incorrectes. Chez certaines personnes atteintes, on observe des troubles de la compréhension du langage : Cela signifie que la personne concernée ne peut plus comprendre ce qu’on lui dit à cause du dysfonctionnement du cerveau. 

Paralysie, engourdissement

Une paralysie soudaine d’un côté du corps peut être le signe d’une attaque cérébrale. Il en va de même pour une perturbation de la sensibilité au toucher, comme par exemple dans le cas d’un pied endormi. Chez certaines personnes concernées, une « sensation de fourrure » s’installe sur un côté du corps. Souvent, le visage, le bras et la main sont davantage touchés. Les déficiences peuvent également se manifester dans la jambe. Une caractéristique typique est le coin de la bouche qui s’abaisse. 

Vertiges accompagnés d’une démarche incertaine

Un autre symptôme de l’AVC est l’apparition soudaine de vertiges associés à une démarche incertaine. De manière générale, le vertige est lié à la sensation de perte d’équilibre et de coordination.

Maux de tête très violents

Des maux de tête extrêmement violents, inconnus auparavant, peuvent être le signe d’une attaque cérébrale. Ils sont dus à des troubles soudains de l’irrigation sanguine d’une région précise du cerveau ou à des hémorragies dans le tissu du cerveau. 

Préventions

Toutes les six secondes, une personne meurt d’une attaque cérébrale dans le monde. Plus de 90 pour cent des AVC pourraient être évités si les personnes concernées menaient une vie plus saine. Mais plusieurs autres facteurs favorisent également l’apparition d’une attaque cérébrale. Les personnes concernées peuvent alors lutter activement contre ce phénomène et réduire le risque en adoptant un mode de vie sain et en traitant d’autres maladies. 

Éviter l’hypertension

Il est utile de contrôler régulièrement sa tension artérielle. L’hypertension artérielle est le principal facteur de risque d’Accident Vasculaire Cérébral, car elle entraîne un rétrécissement et une calcification des vaisseaux sanguins. L’hypertension augmente le risque de subir un accident vasculaire cérébral. Par rapport à une personne qui n’est pas hypertendue, le risque d’AVC est environ six à huit fois plus élevé.  

Perdre du poids 

Le surpoids est également un facteur de risque pour de nombreuses maladies. Il provoque de l’hypertension, pèse sur les os et les articulations et augmente le risque de développer un diabète. Le risque pour une personne en surpoids d’être victime d’une attaque cérébrale est multiplié par un à deux par rapport à une personne de poids normal. 

Arrêter de fumer

La nicotine rétrécit le vaisseau sanguin et augmente la tension des artères. Les fumeurs ont un risque d’attaque cérébrale deux fois plus élevé que les non-fumeurs. En arrêtant de fumer, on réduit son risque d’attaque cérébrale. Cinq ans seulement après avoir arrêté de fumer, le risque tombe au niveau de celui d’un non-fumeur. 

Surveiller son taux de cholestérol

Les troubles du métabolisme lipidique augmentent le risque d’AVC, car les graisses sanguines se déposent sur les parois de l’artère et favorisent le développement de la calcification des vaisseaux. Un mode de vie sain, notamment une alimentation équilibrée et une activité physique abondante, peut avoir une influence favorable sur le taux de cholestérol et d’autres lipides sanguins.

Une alimentation saine

Un mode d’alimentation communément appelé « régime méditerranéen » est bon pour le vaisseau sanguin. Cela signifie : beaucoup de fruits et de légumes, des noix, de l’huile d’olive au lieu du beurre pour la cuisson, moins de saucisses et de viande dans l’assiette, mais plus souvent du poisson.  

Une activité physique suffisante

Les personnes qui ne bougent que peu ou pas du tout ont un risque nettement accru de souffrir d’hypertension et d’artériosclérose. L’exercice physique est parfois la meilleure chose que vous puissiez faire pour votre corps et votre santé. Cela permet de réduire le surpoids, d’améliorer la tension des artères et les taux de lipides sanguins et de maintenir l’élasticité des vaisseaux. 

Traitement 

Un accident vasculaire cérébral (AVC) doit être reconnu rapidement et, dans la plupart des cas, traité par des spécialistes expérimentés. Pour que les causes d’un AVC, qu’il s’agisse d’une hémorragie cérébrale ou d’un trouble de la circulation du sang, puissent être traitées rapidement, l’émission d’un appel d’urgence après un AVC est la mesure immédiate la plus importante. Plus la perturbation de la circulation du sang dans le cerveau dure longtemps, plus les cellules nerveuses meurent et plus les dommages sont graves. 

Quatre principes thérapeutiques font partie du traitement global de l’AVC :

Amélioration des fonctions vitales et de la santé 
Suppression des occlusions vasculaires
Prévention d’une nouvelle attaque cérébrale
Réduction / évitement des séquelles – la prévention dite secondaire 

Un caillot s’est formé dans un vaisseau sanguin de votre cerveau. Une thrombolyse consiste à injecter par voie intraveineuse un médicament qui fluidifie le sang et qui permet de désagréger le caillot obstruant une artère cérébrale.